Le bois : une source de chauffage carboneutre

Lorsqu'on brûle de l'huile, du gaz et du charbon, le carbone qu'ils contiennent est oxydé et se transforme en dioxyde de carbone (CO2). La combustion des combustibles fossiles libère ainsi de l'ancien carbone, accroissant par le fait même la concentration atmosphérique de CO2 , le principal gaz à effet de serre (GES). En comparaison, la combustion du bois est considérée comme carboneutre, soit neutre au niveau des émissions de dioxyde de carbone, parce que les arbres absorbent le CO2 en grandissant. C'est le processus de séquestration du carbone par la photosynthèse. Environ une tonne de carbone est séquestrée pour chaque m3 de bois.

Lorsque les arbres meurent et se décomposent dans la forêt, ils émettent la même quantité de carbone que si on les brûlait pour se chauffer. Lorsque nous utilisons le bois de façon responsable, comme dans le cas du chauffage résidentiel, nous ne faisons qu'utiliser le cycle naturel du carbone dans lequel le CO2 va de l'atmosphère à la forêt et vice-versa. Par conséquent, lorsque nous brûlons du bois comme source d'énergie de remplacement des combustibles fossiles, il en résulte une nette réduction dans l'émission de GES. Le bois utilisé pour le chauffage résidentiel est un excellent exemple de développement durable. Il provient de boisés à proximité des ménages et est cultivé par des propriétaires terriens pour qui la santé du boisé passe par la coupe sélective de vieux arbres et la récolte de bois mort. La suppression des ces arbres malades ou morts fait de la place aux arbres en santé dont la croissance est plus rapide. Cela ajoute donc de la valeur au boisé, en plus d'aider l'environnement.

 

La combustion du bois produit des particules fines appelées PM2.5. Les PM2.5 sont des particules dont la taille est 30 fois plus petite que celle d'un cheveu humain. Elles peuvent aggraver certaines maladies des poumons ou du cœur et ont été associées à certains problèmes de santé comme l'asthme. Les sources de PM2.5 incluent la  combustion sous plusieurs formes, comme celle utilisée pour les automobiles, les camions lourds, le chauffage au bois, ainsi que plusieurs procédés industriels. Comparativement aux poêles et foyers à bois conventionnels, la nouvelle génération d'appareils à bois brûle une très grande partie des PM2.5 et produit presque aucune fumée visible. Ces appareils rencontrent les limites d'émissions fixées par l'Agence américaine de protection de l'environnement (Environmental Protection Agency ou EPA) ainsi que la norme canadienne CSA B415.1-10 Par exemple, la norme EPA limite présentement les émissions de particules à un maximum de 4,5 grammes par heure. En comparaison, les poêles à bois conventionnels émettent en moyenne 40 grammes de particules par heure. Plusieurs pays, provinces et municipalités ont donc adopté des lois qui empêchent la vente d'appareils qui ne sont pas conformes aux dernières normes en matière d'émissions de particules. C'est notamment le cas des États-Unis, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, ainsi que de plusieurs pays membres de la communauté européenne. Au Canada, les provinces de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse, du Québec et de Terre-Neuve ont réglementé la vente d'appareils à bois.

Le bois, lorsque brûlé dans un appareil dont la performance a été testée selon les normes EPA ou CSA B415.1-10, émet jusqu'à 80% moins de particules. Il constitue donc une source d'énergie alternative propre et renouvelable. De plus, la consommation de bois de chauffage peut être réduite jusqu'à 30% lorsque l'on utilise des systèmes de combustion à bois avancés. Ceci provient du fait que les poêles à bois et foyers certifiés EPA ou CSA B415.1-10 sont efficaces de 60% à 80%, comparativement à 40% ou 60% pour les appareils conventionnels. Pour leur part, les appareils à granules de bois ont parmi les plus faibles taux d'émissions de particules de tous les combustibles solides. Ils sont une façon de transformer en énergie utile des tonnes de résidus et autres ressources renouvelables qui autrement se retrouveraient dans nos sites d'enfouissement.

Tous les appareils à bois EPA de Drolet possèdent une entrée d'air secondaire. Les flux d'air réchauffés, qui circulent à travers les canaux perforés situés sous le coupe-feu de la chambre à combustion, permettent une combustion plus complète des particules avant qu'elles ne soient relâchées dans l'atmosphère. Vous brûlez moins de bois et vous aidez l'environnement.

POUR PLUS D'INFORMATION SUR CE SUJET

Hearth, Patio, & Barbecue Association

Le Hearth, Patio, & Barbecue Association (HPBA) est une organisation internationale servant à promouvoir et représenter les intérêts des entreprises œuvrant dans l'industrie des poêles et foyers en Amérique du Nord.


HPBAC

HPBAC se veut la filiale canadienne de l'HPBA (voir lien ci-haut).


Prévention des incendies du Canada

Ce site offre plusieurs conseils pratiques sur les façons de chauffer votre appareil à bois efficacement, en conformité avec les normes de sécurité canadiennes.


WoodHeat

Ce site très complet, en anglais seulement, traite de tous les aspects du chauffage résidentiel au bois, allant des conseils techniques aux aspects environnementaux.


EPA

Cette section du site de l'EPA (en anglais seulement) donne beaucoup d'informations sur les poêles à bois EPA, sur l'installation et sur l'utilisation efficace de votre poêle.


Pellet Heat

Ce site du Pellet Fuel Institute a pour but d'éduquer les consommateurs sur les avantages que procurent l'utilisation des granules de bois comme source de combustible pour le chauffage résidentiel et commercial.


Wood Energy Technology Transfer

Ce site du Wood Energy Technology Transfer Inc. (WETT Inc.) fait la promotion de l'utilisation sécuritaire et efficace des systèmes de chauffage à bois au Canada par l'entremise de l'éducation et de la formation professionnelle.

Jetez un oeil à nos produits